Événements

Soutenance de thèse de Marie-Ève Harton

« Familles, communautés et industrialisation en Amérique du Nord. La reproduction familiale canadienne-française dans les villes de Québec et de Manchester (New Hampshire), 1880-1911. »

Résumé

Bien qu’aujourd’hui le Québec soit reconnu pour son faible taux de fécondité, le Québec d’autrefois porte davantage l’étiquette de « terroir fertile ». Force est néanmoins de constater que l’image d’une population canadienne-française homogène caractérisée par un mode de reproduction spécifique fut davantage l’apanage des discours des élites qu’une réalité typiquement canadienne-française. Cette thèse a pour objectif principal d’apporter une contribution à ce courant de recherche en élargissant l’espace-temps des études déjà menées sur la fécondité canadienne-française et québécoise dans le but d’illustrer les variations des régimes démographiques, et ce, avant le déclin généralisé de la fécondité dans les années 1920. Cette étude s’inscrit dans un courant de recherche qui vise à analyser les comportements de fécondité en tant que phénomène social complexe dont l’étude des principales transformations relève d’une analyse du changement social. À l’instar des travaux de Gérard Bouchard, Chad Gaffield et d’Anne-Françoise Praz, elle recadre les comportements de fécondité au sein de la reproduction familiale prise au sens large et examine les mécanismes par le biais desquels s’opère l’articulation des sphères de production et de reproduction au sein des ménages. 

Les apports de cette thèse sont multiples. La thèse suggère que les ressorts de l’industrialisation ont constitué un vecteur de changement social au tournant du XXe siècle par le biais de la diversification des comportements de fécondité canadiens-français à l’échelle nord-américaine. À partir de l’étude approfondie de deux milieux urbains contrastés, elle montre que les Canadiens français avaient des comportements reproducteurs différents d’un milieu à l’autre et que cette tendance s’accentue entre 1880-81 et 1910-11. Qui plus est, des différences sont également perceptibles au sein de chaque milieu entre les différentes sous-populations canadiennes-françaises. En recadrant les comportements de fécondité effective au sein de la reproduction familiale, la thèse met en évidence l’influence des rapports de genre et de génération sur l’articulation entre la production et la reproduction. La thèse révèle que ces rapports sont construits dans des conditions spécifiques qui permettent d’expliquer les variations des modes de reproduction. Enfin, l’analyse fait ressortir l’imbrication de l’influence des facteurs structurels et culturels sur les comportements reproducteurs et elle montre comment leur institutionnalisation diffère d’un milieu à l’autre. Au terme de l’exercice, cette thèse apporte un nouvel éclairage sur les modèles reproducteurs canadiens-français. Elle élargit l’espace-temps des principales études menées à ce jour en plus de contribuer à la réflexion épistémologique et méthodologique sur le sujet.

Date et heure
Mardi 17 janvier 2017 à 14 h

Lieu
Pavillon Charles-De Koninck - local 3244 (salle du conseil de la Faculté des lettres)