Nouvelles

Les études en sociologie à l'Université Laval

18 janvier 2016

Devenir sociologue à l’Université Laval
Avec un regard global sur l’évolution des sociétés tenant compte de leurs particularités, le rôle principal des sociologues est de produire des analyses rigoureuses de situations concrètes et complexes. Leur esprit critique contribue au dépassement des préjugés et à porter l’attention sur des aspects et des dynamiques de notre monde méconnus des acteurs. Les diplômés du baccalauréat en sociologie de l’Université Laval sont appréciés pour la rigueur de leur formation théorique et méthodologique, ainsi que pour leur compétence dans la réalisation d’enquêtes en collaboration avec des acteurs sociaux.

Étudier au Département de sociologie, et vivre à Québec
Berceau de la sociologie québécoise, l’Université Laval offre une formation qui demeure axée sur la recherche et soucieuse des préoccupations de son milieu depuis plus de 70 ans. Le Département de sociologie a maintenu son excellente réputation à l’international avec le concours de professeurs d’horizons complémentaires, attentifs à leurs étudiants, et engagés en enseignement et en recherche. Sa revue scientifique, Recherches sociographiques, reste la référence interdisciplinaire pour la publication de travaux sur le Québec et le Canada français. Les étudiants en sociologie de l’Université Laval ont aussi leur propre revue scientifique, Aspects sociologiques, et deux associations qui organisent régulièrement des activités sociales et académiques propices aux échanges entre les étudiants du baccalauréat, de la maîtrise et du doctorat. Ces étudiants profitent également des installations et de l’environnement stimulant d’une grande université, sise sur un campus vert, vaste et à l’avant-garde du développement durable. La beauté, les attraits, la douceur et les avantages de la vie à Québec entrent aussi en ligne de compte dans le choix d’y étudier.

Le Bulletin d’information de sociologie donne régulièrement des nouvelles de la vie départementale et des indications utiles sur les programmes, en plus d’annoncer les publications récentes, les dates importantes, les cours offerts et les évènements à venir.

Une formation rigoureuse et des opportunités d’apprendre les métiers de sociologue
La formation disciplinaire en sociologie s’acquiert en progressant pendant trois années dans l’apprentissage de la théorie et de la méthodologie, ce qu’assure l’enchaînement des cours obligatoires du baccalauréat. Ce programme assume aussi l’idée que c’est en faisant de la recherche sociologique que l’on devient sociologue, c’est-à-dire à l’aise de poser des questions originales et d’y répondre avec les perspectives de la discipline et les démarches adéquates. Les diplômés de sociologie sont formés pour devenir des professionnels autonomes qui savent analyser des phénomènes sociaux, écrire et en parler aisément, de manière claire et accessible. Dès leur deuxième année, les étudiants du baccalauréat ont l’opportunité de réaliser une véritable enquête sociologique en réponse au questionnement d’un organisme. Ils peuvent de plus acquérir davantage d’expérience et de préparation pour le marché du travail en réalisant des stages, en complétant une partie de leur formation à l’étranger et en s’inscrivant, selon leurs intérêts, à l’une des cinq concentrations de cours au choix en sociologie et dans des disciplines connexes.

Le Département de sociologie offre aussi plusieurs formations aux cycles supérieurs : la maîtrise avec mémoire ou avec stage de recherche, le doctorat, le microprogramme en études du genre et, bientôt, un microprogramme en statistiques sociales, en collaboration avec l’Université de Bordeaux, en France.

Du travail rémunéré qui finance et enrichit la formation en sociologie
Des étudiants peuvent, dès le baccalauréat, financer en partie leurs études et enrichir leur formation en faisant du tutorat, en participant à la correction de travaux, en collaborant aux projets de recherche des professeurs, ou en obtenant des contrats dans des équipes, chaires ou centres de recherche. Aux cycles supérieurs, les étudiants peuvent aussi se voir  confier des tâches d’encadrement et d’enseignement auprès d’étudiants du premier cycle, sous la supervision de professeurs ou de chargés de cours.

Des étudiants et des diplômés qui témoignent de leur appréciation
L’appréciation de la formation en sociologie à l’Université Laval s’exprime de différentes façons, parce que les étudiants n’ont pas tous le même profil. 

«À l’Université Laval, les professeurs sont très disponibles et portent un intérêt réel envers nos travaux et nos réflexions. Ils nous encouragent à poursuivre ces réflexions jusqu’au bout et n’hésitent pas à puiser dans leur propre parcours sociologique pour guider le développement de notre pensée.»

Camille Lambert-Deubelbeiss, étudiante au baccalauréat

 

 

«Métaphoriquement, on commence en sociologie avec une piqûre (je l’ai eue au cégep), on redemande une nouvelle dose (inscription au baccalauréat) et on réclame ensuite une perfusion permanente (on envisage de continuer à la maîtrise). Cette analogie avec l’injection de drogues dures est peut-être douteuse, toutefois, elle exprime parfaitement ma rencontre avec la sociologie, c’est-à-dire une expérience qui se nourrit des lectures et de perspectives que les professeur.e.s nous présentent avec tant de passion.»

Hubert Armstrong, diplômé du baccalauréat et étudiant à la maîtrise en sociologie

 

«S’il n’y avait qu’une raison à donner pour étudier en sociologie à l’Université Laval, ce serait le cours Laboratoire de recherche, parce qu'on y acquiert une expérience concrète en réalisant une enquête de A à Z sur une période de huit mois. Ce cours permet de voir ce qu’est vraiment le métier de sociologue et de savoir, dès la deuxième année, si on aime le travail de chercheur. De plus, il y a plusieurs opportunités d’emploi au département. Dès le bac, j'ai pu commencer à travailler comme tuteur, puis comme  auxiliaire de recherche et d’enseignement, ce qui est très formateur.»

Andrée-Anne Boucher, diplômée du baccalauréat et étudiante à la maîtrise en sociologie

 

 

«Le baccalauréat en sociologie m’a permis non seulement de me familiariser avec les grands axes théoriques de la discipline, mais également de m’initier à la pratique concrète de la recherche empirique. Cela est rendu possible par l’intermédiaire des cours, mais aussi par les emplois et stages qui sont offerts, autant au sein même du département qu’à l’extérieur. »

David Gaudreault, diplômé du baccalauréat et étudiant à la maîtrise en sociologie

 

D’autres points de vue de diplômés plus avancés en carrière révèlent aussi la diversité des manières d’être sociologue.

Envie d’avoir plus d’information ou de vous inscrire?
Pour déposer une demande d’admission et pour obtenir des informations sur les programmes de 1er cycle en sociologie, communiquez avec le bureau de la gestion des études ou avec  M. Charles Fleury, directeur des programmes de 1er cycle en sociologie.